Les humanités numériques par le design : les usages plutôt que les outils

Maquettes papier de l'agence Intactile DESIGN pour le projet VéGA (Vocabulaire de l'éGyptien Ancien).

En avril 2014, alors que je préparais avec Neal Stimler une présentation sur le monisme numérique pour le colloque Theorizing The Web 2014, j’ai commencé à m’intéresser à l’idée d’articuler la phénoménologie historique de la technique proposée dans L’être et l’écran (PUF, 2013), laquelle offre un cadre théorique large (la théorie de l’ontophanie) pour l’analyse des usages numériques en général, avec le champ des humanités numériques, lesquelles traitent en particulier des usages numériques dans l’activité des chercheurs en sciences humaines et sociales. Le fruit de cette réflexion liminaire, contenu dans le texte ci-dessous, n’avait pas encore été publié. Remanié et actualisé, notamment suite à la proposition d’atelier 2DH au THATCamp Paris 2015, il constitue le texte d’ouverture de ce carnet, dont il contribue à définir les orientations, qui seront peu à peu développées et approfondies.

Savoir et technique

Tandis que Neal me recommandait la lecture du Short Guide to the Digital_Humanities afin que nous en adoptions le format et le style pour notre communication (ce que nous avons fait), je n’ai pas compris tout de suite la proximité évidente qu’il y a entre la recherche par projets en humanités numériques et la culture du projet en design. J’ai d’abord été curieux de saisir la manière dont la communauté francophone qui se revendique des humanités numériques se représente ce que sont les humanités numériques.

À cet égard, j’ai trouvé dans l’ouvrage Read/Write Book 2, et notamment dans l’Avant-propos de Pierre Mounier, un étayage stimulant. Dans ce texte, on découvre sans grande surprise que la question des humanités numériques n’est jamais que le re-positionnement numérique du problème des relations entre savoir et technique, un problème (il est vrai) longtemps ignoré et sous-estimé :

Ce cliché qui émerge d’une opposition artificiellement construite avec les sciences de la nature est d’ailleurs particulièrement faux, lorsqu’il sous-entend que ce qui caractérise traditionnellement les sciences humaines c’est le fait de ne pas être instrumentées. Certes, point de télescope, point de cornue ni d’accélérateur de particules dans ces disciplines. Pour autant, il serait hasardeux d’en déduire qu’elles se passent de tout instrument. Car ce serait oublier les bibliothèques et les archives, les cartes et les fiches, les enregistreurs audio, photo et vidéo qui ont toujours permis au chercheur de mener son enquête. (Pierre Mounier, §3)

Pour le dire autrement, les humanités sont elles aussi appareillées. En ce sens, le mouvement même des humanités numériques peut être vu comme celui d’une prise de conscience : il existe une technicité intrinsèque sous-jacente au processus de la recherche et de la production de savoir. On redécouvre la technicité foncière du fait savant, tout comme on redécouvre plus généralement, sous l’effet de ce que j’ai appelé la « révélation numérique » (L’être et l’écran, p. 27), la place fondamentale de la technique dans le fait humain. Il y a donc une ontophanie du savoir, c’est-à-dire une phénoménotechnique de l’activité de production de connaissance. Le savoir est un phénomène comme les autres, qui se donne lui aussi en vertu de facteurs techniques a priori qui conditionnent sa phénoménalité. La tâche de la phénoménologie dans ce cas est d’analyser les conditions et modalités ontophaniques de la connaissance à l’ère numérique et de montrer comment elles influencent les jugements et les usages. Comment le savoir m’apparaît-il lorsqu’il m’apparaît sur un support numérique ? Comment les modalités particulières de cette apparition, qui dérivent des propriétés singulières de la matière calculée, déterminent-elles mon jugement (c’est-à-dire l’évaluation) et par suite l’usage que je fais de ce savoir ?

Dans cette perspective, on peut définir les humanités numériques, non pas comme une discipline (le problème a déjà été souvent souligné, par exemple ici par Aurélien Berra ou là par Suzanne Dumouchel), mais comme une préoccupation transdisciplinaire qui traverse toutes les disciplines. Cette préoccupation, c’est celle de la fabrique numériquement appareillée du savoir, incluant sa production (la recherche), sa transmission (l’enseignement) et sa diffusion (la publication). En un mot, c’est la préoccupation pour le numérique dans les mondes savants, à l’image de la préoccupation pour le numérique dans les autres sphères de la société.

Appareils et expériences

L’être et l’écran visait à démontrer qu’il existe de la technicité (a priori ou transcendantale) dans le processus même de la perception (habituellement réduit à une procédure naturelle ou biologique) et dans la construction de notre sens du réel, et ce, à tous les étages de l’expérience existentielle (voir un exemple à propos d’autrui, de l’amitié et de l’amour). L’existence même des humanités numériques démontre logiquement que le savoir en sciences humaines et sociales (habituellement réduit à un processus purement intellectuel) est lui aussi appareillé et que toutes les pratiques de recherche possèdent une technicité intrinsèque et se fondent sur des appareils avec lesquels elles se confondent.

Que fait un chercheur en sciences humaines et sociales? Il lit et il écrit, il enquête et il restitue, il communique et il débat, il enseigne et il vulgarise. Pour chacune de ces actions, il recourt à des artefacts, des dispositifs, des techniques (livres, articles, archives, carnets, enregistreurs, amphis, papiers, stylos, ordinateurs, applications, moteurs de recherche, réseaux sociaux…). Et tous ces artefacts fonctionnent comme des appareils, c’est-à-dire des machines phénoménotechniques ou matrices ontophaniques qui structurent a priori (c’est-à-dire à son insu) la nature et la qualité de l’expérience possible (de lire, d’écrire, d’enquêter, de communiquer, d’enseigner, etc.).

Aussi, plutôt que d’aborder la question du numérique dans les humanités par les outils, il est plus intéressant de travailler sur les usages, c’est-à-dire sur les « expériences-à-vivre » que les technologies rendent possibles.

L’expérience savante et ses régimes

Or, s’il est vrai que « la spécificité des sciences humaines et sociales consiste en l’étude du texte, de l’objet textuel » (Lou Burnard, § 63) , il n’en résulte pas que la textualité soit la seule dimension de l’expérience de recherche en sciences humaines et sociales ou qu’elle suffise à la résumer.

Envisager les humanités numériques sous l’angle des expériences plutôt que des outils implique de penser plus largement les différents régimes de l’expérience du métier de chercheur (peut-être au-delà des seules SHS). Sans prétendre être exhaustif en la matière, je propose de les regrouper en plusieurs catégories cohérentes à l’aide du modèle typologique ci-dessous (qui pourra être complété) :

RÉGIME 1 : lire / écrire / éditer (livres, articles, revues, dictionnaires…) •RÉGIME 2 : communiquer / débattre / partager (colloques, conférences, blogs, réseaux sociaux…) •RÉGIME 3 : enquêter / fouiller / restituer (archives, bases de données, terrains, expérimentations…) •RÉGIME 4 : enseigner / transmettre / vulgariser (pédagogie, valorisation, débat public…)

Typologie des régimes de l’expérience savante selon S. Vial (septembre 2015).

Ce sont ces expériences en tant qu’expériences qui doivent être l’objet des humanités numériques, plutôt que tel ou tel outil ou technologie. Ce sont ces expériences en tant qu’expériences qu’il faut étudier, redéfinir, réinventer. Et bien entendu, travailler sur ces expériences, c’est soulever la question du design. Comment peut-on faire et refaire le design de ces expériences ? Comment repenser et remodeler l’expérience d’écrire, de lire, d’éditer, de communiquer, de débattre, de partager, d’enquêter, de fouiller, de restituer, d’enseigner, de transmettre, de vulgariser ? Le chantier est immense et passionnant. Tel doit être le programme des humanités numériques par le design.


15 réponses

  1. abdelbari dit :

    MERCI pour tous ce que tu es entrain d’écrire, c’est intéressant, ton nom est toujours présent dans mes recherches en master de recherche en design, bonne continuation

  2. Lévy dit :

    Il me semble que tu oublies les pratiques de « curation » de données, de plus en plus importantes sur les médias sociaux et qui font partie intégrante de la pratique savante dans les humanités depuis des siècles (construction de corpus, bibliothèques, musées…). Je ne vois pas la curation dans ton schéma « expérience savante »…

    • Stéphane Vial dit :

      Merci, Pierre. Remarque fort juste et intéressante. Je vois bien de quoi il s’agit, la question que je me pose, c’est : est-ce que ça n’entre pas dans le régime 1 (lire) ou le régime 3 (fouiller) ? Il me semble que la curation de données (je préfère dire « curation de contenus ») relève d’une forme de l’activité de lecture, dans laquelle on peut inclure la recherche bibliographique. D’un autre côté, on peut dire aussi que c’est une forme de fouille et d’enquête. À choisir, je mettrais bien ça dans le régime 3, en complétant les exemples de la manière suivante : « archives, bases de données, recherche bibliographique, curation de contenus, terrains, expérimentations… » Qu’en penses-tu ?

      • Lévy dit :

        On fouille dans une base de données. Mais il faut bien construire la base de données avant de fouiller dedans… La curation est l’activité de *construire* la base en question. Il est vrai que l’on construit souvent une base de données (tu peux dire contenu si tu veux)… en fouillant dans une autre! Nous sommes bien d’accord que les différents « régimes » ou fonctions de l’activité savante travaillent ensemble, mais je veux attirer ton attention sur l’activité spécifique qui consiste à réunir et organiser des collections. https://www.pinterest.com/lvyp/matrix/ https://www.pinterest.com/lvyp/ideogrammes/

        • Lévy dit :

          Moi j’ajouterai une cinquième fonction « collectionner, conserver, classer… » plutôt que d’enrichir la troisième. Les noms « archives, bases de données… » sont-ils le résultat de l’action ou bien l’objet de l’action? Dans la curation ils sont le résultat et dans la fouille ils sont l’objet. Mais bien entendu il s’agit de *ta* classification 😉

          • Stéphane Vial dit :

            Cette cinquième fonction est intéressante. *Ma* classification ne demande qu’à évoluer et être enrichie. Je vais y réfléchir, en tenant compte de ce que je souligne dans mon commentaire ci-dessous sur la diversité des pratiques de construction de l’objet de recherche.

        • Stéphane Vial dit :

          Je suis d’accord mais alors, dans ce cas, il faudrait prendre en compte le fait que l’on construit aussi son « terrain » ou son « expérimentation » (il y a cela dans le régime 3) et que la curation n’est qu’une pratique parmi d’autres de construction de l’objet de recherche en SHS. Comment faire entrer la construction du terrain chez l’anthropologue dans la même catégorie que l’organisation de collections chez le philologue ?

          • Lévy dit :

            Bonne question! Je dirais que la construction de l’objet de recherche et celui de la base de données recueillant les informations (le contenu) sur l’objet sont « co-émergentes ». La chose est assez claire en histoire, par exemple…

  3. « Je ne sais pas s’il faut aller jusqu’à créer des lieux dédiés pour cela en SHS ou s’il faut tout simplement introduire ce genre de logique et d’état d’esprit dans les lieux existants où se font les SHS, par exemple en réinventant (vraiment beaucoup) le format du colloque. »

    Je ne sais pas non plus. Mais l’explosion des « tiers-espaces » nous a montré que les 2 pouvaient être fructueux : on a eu des fablabs en entreprise et des fablabs né hors structure – enfin, certains semblent fonctionner mieux que d’autres, cela semble lié à leur ouverture au public, à la diversité des profils qu’ils attirent et des publics qu’ils mélangent, pour beaucoup.

    Je pose ici aussi, un lien vers la communauté des Infolabs, qui est une des formes qui se rapproche le plus de l’idée qu’on évoquait.

    Vu Dialoguea, merci.

    • Stéphane Vial dit :

      Oui, l’un n’exclut pas l’autre. Merci pour le lien. Pour Forum des Débats, ils n’ont pas seulement mis au point un outil numérique : ils organisent complètement différemment l’espace et le programme d’un événement de type conférence (j’y ai participé une fois à Montpellier). L’orateur est au centre, il y a des mini-gradins autour de lui, sans qu’il soit encerclé. Il y a des tables, des marqueurs, des papers, qui permettent de débattre sur papier après la conférence. Pendant ce temps, des photos sont prises et diffusées en temps réel. Un animateur régule l’ensemble. Des installations artistiques sont également présentes. Et puis le débat est modélisé numériquement avec l’outil Dialoguea, qui n’en est encore qu’à ses débuts. Bref, c’est une expérience hybride assez épatante. Tu n’as plus du tout envie de suivre un colloque classique, après cela. Et c’est très différent d’un THATCamp. Bref, il y a de la marge pour inventer des nouveaux formats !

  4. Très intéressant. Merci Stéphane. Ca me fait penser pour ma part au développement des labs, mix, tiers-lieux, fablabs, infolabs et autres… qui se développent dans de nombreux champs. Intéressant notamment de noter le développement de « laboratoires citoyens » dans le champ des sciences « dures »… à l’image de l’emblématique Paillasse. Je me demandais récemment (avec des collègues de la Fing), pourquoi on ne trouvait aucune « Paillasse » dans le domaine des sciences humaines… et que, alors qu’on trouve beaucoup d’expériences de rencontre entre ingénierie et grand public (les fablabs) entre chercheurs en sciences « dures » et grands public (Paillasse)… on ne trouvait toujours pas d’espace où les chercheurs en sciences sociales pouvaient aller à la rencontre du public pour faire de la science autrement. C’est-à-dire, comme tu le soulignes très bien, pour lire, écrire, enquêter, restituer, communiquer, débattre, enseigner, vulgariser… Une Paillasse pour les sciences humaines, pour les « humanités numériques », pour réinventer l’expérience de travail, son design… Disons que ce pourrait être une première piste concrète 😉

    • Stéphane Vial dit :

      Merci, Hubert, pour ton commentaire, le premier ici 🙂 C’est drôle, je parlais hier avec un collègue et ami d’à peu près cela, mais dans le domaine de l’entrepreneuriat et de l’innovation. Il évoquait le Numa à Paris, je parlais des fablabs. Je pense que les lieux ouverts et hybrides sont devenus aujourd’hui un moyen de faire de la ville. Mêler des étudiants, des entrepreneurs, des hackers, des savants, des artistes, des chercheurs, etc., tout cela a beaucoup de sens de nos jours et répond aux besoins d’une nouvelle forme de sociabilité, de travail, de collaboration, de rencontre. Je ne sais pas s’il faut aller jusqu’à créer des lieux dédiés pour cela en SHS ou s’il faut tout simplement introduire ce genre de logique et d’état d’esprit dans les lieux existants où se font les SHS, par exemple en réinventant (vraiment beaucoup) le format du colloque. À ce sujet, voir ce que fait l’association Forum des Débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *